james bks / asa / nout // marseille jazz des cinq continents

Date

samedi 23 juillet 2022

18:30

Tarifs

35€ - Plein Tarif

30€ - Tarif Réduit

15€ - Tarif Jeune (-18 ans)

Partager

19h00 - Pompier Poney-Club Les 19, 20, 21, 22 et 23 juillet à partir de 19h, le groupe Pompier Poney Club est au Palais Longchamp.

Le Pompier Poney Club est une fanfare marseillaise créée en 2011 qui sent bon le pastis et l’écurie. Véritable spectacle vivant ambulant, les chorégraphies survoltées et les reprises endiablées des grands classiques rock, hip-hop, pop, jazz ou new wave s’enchaînent en s’inspirant des Brass Bands de la Nouvelle Orléans à la sauce marseillaise, faisant danser petits et grands à toute heure du jour ou de la nuit. Leurs accoutrements fougueux intriguent les badauds qui se surprennent souvent à esquisser quelques pas de danse en entendant les rythmes entraînants qui sortent de leurs pavillons. Toujours prêt à faire vibrer la foule, le PPC ne rate jamais une occasion de mettre le feu. ______________________________

20h30 - James BKS Il va être très difficile de résister à la kora mandingue toquée de « New Breed », dernière composition en date de James BKS, qui mêle avec bonheur ses racines camerounaises tendance urbaines à la crème du hip-hop. L’accueil enthousiaste qu’il reçut lors du concert de clôture de la dernière Coupe d’Afrique des Nations en dit long sur la popularité de cet artiste et sur sa capacité à faire bouger le public.Pourquoi BKS ? parce que ce sont les initiales de Best Kept Secret (le secret le mieux gardé), un acronyme repéré sur l’album d’un rappeur de légende. Car, c’est dans cette culture hip-hop, que le jeune français installé aux États-Unis, prend ses premières marques, en postant des sons, des samples, et toutes sortes de bidouillages sonores de sa composition. Le premier intéressé est le rappeur Akon. Une prestigieuse collaboration qui en amènera d’autres, tout aussi classieuses ; le jeune James BKS travaille alors avec Snoop Dog, ou Puff Daddy. Avant de rentrer en France.Où l’attend un sacré secret très bien gardé. Celui de sa naissance et de l’identité de son père biologique qui n’est autre que le géant du saxo Manu Dibango. Hasard de dingue, ils ont le même producteur. Les retrouvailles entre le père et le fils marquent le retour de James BKS, au contact de la musique de son père, vers le jazz, la soul et ses racines camerounaises. Il n’oublie pas le hip-hop pour autant et s’adjoint les services d’Idriss Elba, acteur génial et Deejay qui jouera les remix. _________________________________

20h30 - ASA

C’est à Lagos, pendant le confinement que Asa (prononcer A-Cha) a enregistré V, son cinquième album pétri d’afro-beat et de culture yoruba, aboutissement magistral d’une carrière lancée en fanfare en 2007.

L’année où l’on découvre cette voix écorchée et douce qui se pose avec grâce sur un arrangement inédit de folk, de reggae, d’afrobeat et de soul, charriant sur son passage des torrents d’émotion.  Dès la sortie de son premier album, Fire on the Mountain s’impose sur toutes les playlists. L’album est certifié de platine : Asa entre tranquillement mais directement dans la cour des grands.  Mais qui est donc cette jeune femme au chapeau melon et aux grosses lunettes qui signe les textes magnifiques de ses chansons? Une fille entre deux villes, entre deux pays : Paris où elle nait en 1982, et Lagos où ses parents s’installent, deux ans après sa naissance. Au contact de la très riche discothèque familiale qui va de Marvin Gaye à Fela (on est au Nigeria) en passant par Bob Marley ou Nina Simone, Asa se fait une culture musicale. Son instrument c’est la guitare. Son sujet ? C’est la vie, la sienne mais aussi celle des autres, qu’elle chante en anglais ou en yoruba.  

C’est justement la vie qui, ces dernières années, a rattrapé Asa, la vie qui l’a absorbée au point de s’absenter de la musique. Elle y revient en 2020 avec Lucid, un album chargé d’expériences vitales, et d’émotions toujours. Aujourd’hui la voilà reconstruite, et toujours animée d’une féroce volonté de partager. Une merveille.

 Asa : voix Ujunwa Janet Nwose : chœur Stéphane Bertin : guitare Ludovic Fiers : claviers Pierre Legay : basse Jean-François Ludovicus : batterie _________________________________

 20h30 - NOUT

Ces trois musiciennes se sont placées sous la protection de la déesse égyptienne Nout, celle qui protège la terre, déesse de la vie qui avale le soleil chaque soir pour le remettre au monde le matin suivant.  C’est d’abord une formidable pulsion de vie qui a présidé aux destinées du trio Nout. Une envie de s’éclater, de danser, après l’isolement dû au confinement. Elles sont donc trois : Delphine Joussein (flute traversière), Rafaëlle Rinaudo (harpe électrique) et Blanche Lafuente (batterie). Un trio de femmes dans le jazz ? Plutôt rare.

Mais leur appétit et leurs expériences musicales combinées, car elles sont toutes les trois des artistes chevronnées, vont les amener vers d’autres territoires, métal rock, garage voire carrément punk. Delphine Joussein la flutiste ne le cache pas : l’un de ses modèles est Ian Anderson, le génial instrumentiste de Jethro Tull qui fit groover sa flute comme jamais dans les années 70. Mais il faut compter aussi avec la harpe stupéfiante et très savante de Rafaëlle Rinaudo, capable d’envolées furieuses, et la frappe acharnée de Blanche Lafuente, artiste multicartes, rompue à l’improvisation.

En septembre 2021, le trio Nout se lance sous la forme d’un EP (comprenez cinq titres) très remarqué. Le carambolage des styles s’assemble miraculeusement dans une forme nouvelle, qui change sans cesse pour laisser toute la place aux émotions. On les attend sur scène avec impatience.

Rafaëlle Rinaudo : harpe électrique Delphine Joussein : flûte traversière Blanche Lafuente : batterie

 Concert proposé dans le cadre de Jazz Migration, dispositif d’accompagnement de musicien.ne.s émergent.e.s de jazz et musiques improvisées porté par AJC, avec le soutien du Ministère de la Culture, la Fondation BNP Paribas, la SACEM, l’ADAMI, la SPEDIDAM, le CNM, la SCPP, la SPPF, et l’Institut Français.

james-BKS-c-Pierre-Pontoizeau-900x505

Infos pratiques

https://www.marseillejazz.com/infos/lieux/

Office du Tourisme et des Congrès de Marseille 11, La Canebière – 13001 Marseille 0 826 500 500

Toutes les actus Jazz, dans votre boite mail avec notre Newsletter !

La meilleure façon de se tenir au courant des derniers évènements Jazz de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et bien plus!

logo-domjazz-blue
Association Dom’Jazz
Chez Dominique Kuentz
327, rue du Général Brosset
83600 FREJUS
Contact
Solid/envelopedomjazzasso@gmail.com
Solid/phone06 16 08 22 51
Vous êtes un professionnel et souhaitez apparaître sur l'agenda?
Cliquez ici
Association Dom’Jazz - Loi 1901 - Enregistrée sous le n° W831011459 Sous-Préfecture Draguignan
SIRET 893 567 677 00016 - APE 9001Z